Commission « Circulation » : Propositions pour les stationnements

Le sujet de la réunion concerne les stationnements. Il tient en deux points :

Le stationnement sur le quartier du Pileu et le stationnement en général dans la ville de Palaiseau.

1°) Le stationnement sur le quartier du Pileu.

La concertation a déjà été faite pour un certain nombre de rues, et il n’est pas question d’y revenir. Il s’agit de :

Rue des Fraisettes, rue de la Sablière (entre Schildge et 4 chênes), impasses de la Sablière et des Fraisettes, rue de Verdun, rue des Billancourtois, rue de l’Effort Mutuel.

Gilles Cordier a procédé à l’inventaire des rues dont les aires de stationnement sont à aménager dans le futur proche, avec les services municipaux dont l’essentiel du travail consistera en peinture au sol. Pour le Pileu, les rues du Capitaine Cocart et des 4 chênes sont prioritaires.

Toutefois, la commission tient à rappeler que :

  • Le stationnement doit rester partout exclusivement unilatéral, en particulier pour assurer dans tous les cas un cheminement piétonnier continu sur au moins un trottoir.

  • Le stationnement est gênant dans les virages relativement serrés et surtout trop près des croisements de rues. Plutôt que de placer des barrières, il avait été promis de faire des marquages jaunes au sol matérialisant ces zones de stationnement gênant (Camions du SIOM), mais c’est loin d’être complètement fait (Par exemple aux croisements entre la rue de la sablière et les sentes et impasses ; croisement Fraisettes – 4 Chênes etc…).

  • Les stationnements en quinconce côté pair / côté impair sur une même rue sont à prohiber sur le quartier.

Partout ailleurs, la règle actuelle est le stationnement unilatéral alterné par quinzaine, que la commission recommande de conserver en l’état, sauf exception.

C’est en particulier le cas de la rue des 4 chênes où on constate que la règle absolue d’unilatéralité n’est pas partout respectée, spécialement entre la rue des Fraisettes et la rue des acacias. La commission circulation (relayant les souhaits de la commission « Sécurité 4 chênes ») souhaite voir concrétiser, par marquage au sol sur la rue du Lac, un stationnement unilatéral fixe dans le but de désengorger les stationnements rue des 4 chênes qui sont largement saturés. Cette demande est ajoutée aux prévisions à court terme inventoriées par Gilles Cordier. Il est également souhaité que la mairie sensibilise les habitants de cette portion de rue par lettre ou tract, avant de faire verbaliser.

Gilles Cordier annonce l’embauche par la ville de Palaiseau de 2 ASVP (Agents de Surveillance des Voies Publiques) qui seront chargés de verbaliser sur les problèmes de stationnement.

La rue du Capitaine Cocart pose de sérieux problèmes.

1°) En raison de stationnements irresponsables, voire illégaux, lorsqu’ils sont au voisinage de la zone de virages vers le haut de la rue. Envisager une sensibilisation locale avant de faire intervenir la police.

2°) En raison de la présence de l’école Henri Wallon et de la proximité de la station du TCSP « La Vallée » sur les lignes 91-06 et 91-10. On voit en trop grand nombre des stationnements « ventouses » à la journée par des personnes venant prendre les bus qui les véhiculent jusqu’à la Gare RER B. Une enquête sera menée pour juger du bien fondé de cette remarque. Cette dernière constatation est une des conséquences de la gestion protectionniste des stationnements sur la ville de Massy. A quand une concertation efficace à ce niveau ? A quand une limitation dans le temps de ces stationnements (zones « vertes » non payante limitées à 6 heures, ou « blanche » non limitées mais à stationnement interdit en dehors des zones marquées au sol .

Quel peut être le devenir du terrain vague (propriété de l’État) en face de l’école ? Rien dans l’immédiat…

La circulation est difficile et les piétons sont exposés à des dangers objectifs aux heures d’entrée ou de sortie de l’école. Il en est à peu près de même rue Louise et rue Jeanne. Peut-être pourrait-on régler la circulation et les stationnements sauvages avec des barrières et surtout un agent préposé, comme cela se fait à d’autres endroits ? Les cars sont les premiers en difficulté. Ce problème est connu. Des aménagements locaux devraient permettre une amélioration.

L’harmonisation est également souhaitée avec la ville de Massy au niveau de la rue de Vilaine, où les stationnements sont incohérents. La ville de Palaiseau devrait probablement s’aligner ici sur le stationnement réglementé par la ville de Massy. Il est prévu une concertation avec les habitants de cette portion de rue le 21 avril 2016 à 20h30 en salle du conseil de la mairie de Palaiseau.

2°) Le stationnement en général sur la ville de Palaiseau.

la première constatation est que les habitants du Pileu n’ont pas les moyens de se rendre normalement dans la ville de Palaiseau. Ceci est particulièrement flagrant lorsqu’il s’agit d’aller à la Poste, à la Mairie ou aux Annexes, à la Sous Préfecture, au Centre des Impôts, et surtout chez les commerçants du centre-ville, etc … Ceci est la conséquence de la pénurie de stationnement en centre-ville, et en particulier dans les zones énoncées ci-dessus, puisque le Pileu est un quartier trop largement excentré avec trop peu de moyens de communication. Pour l’exemple, un tour de table a immédiatement montré que, sauf obligation absolue, tous les participants vont à la Poste de Gommonvilliers et non à celle de Palaiseau !

Monsieur Gilles Cordier renvoie aux derniers « Palaiseau Mag » où sont détaillés les mesures actuellement en vigueur.

On comprend bien que les commerçants et leurs employés aient besoin de stationner leur véhicule, mais s’ils le font en occupant prioritairement les places du centre-ville, ils empêchent la venue des clients et sont donc en train de tuer eux-mêmes leur commerce. Les habitants du Pileu ne peuvent qu’aller faire leurs courses dans les grandes surfaces où le stationnement est prévu. Un début de solution pourrait être de limiter très fermement le stationnement à une durée raisonnable pour un nombre suffisant de places, au moins à proximité des services publics généraux. Une autre partie de solution pourrait résider dans l’occupation partagée, concertée plus systématiquement, des emplacements réservés ou privés dans, ou au voisinage des immeubles. Des problèmes de sécurité et d’assurance se posent certainement à ce moment. La commission propose en particulier de créer des emplacements dédiés aux commerçants du centre-ville, en alternance jour/nuit, en concertation avec les habitants des immeubles.

Gilles Cordier est sensible à cette possibilité, mais constate qu’une négociation n’est envisageable qu’avec les gestionnaires des logements sociaux. Les habitants des immeubles en copropriété ou en gérance ne sont pas prêts à entrer dans une logique de partage jour/nuit de leur emplacement de stationnement, même moyennant finance.

La commission propose également de créer ou d’aménager des parkings un peu excentrés (Fosse aux prêtres (impossible, c’est un terrain privé qui coûterait trop cher à aménager), Parking Georges Collet, ancienne piscine (A voir)), à condition de créer un service de navettes gratuites (si possible « propres ») vers les points obligés du centre-ville. Pas de navette gratuite. Étude possible d’un Transport à la demande (TAD) avec communication numérique, avec prise en charge et dépose par voisinages. Possibilité de créer un covoiturage local. A voir avec l’élu délégué aux transports.

Dans le nouvel Écoquartier, on déplore la beaucoup trop faible occupation des parkings des immeubles, en raison de leur coût excessif. ce qui reporte les stationnements sur l’espace public. Les locataires (apparemment environ 2/3 (Non, les parkings sont effectivement pleins) des appartements occupés) préfèrent la rue ! On remarque que la location du ou des parkings attenant aux appartements aurait dû faire obligatoirement partie de la location de l’appartement, exactement comme la ville l’impose aux propriétaires. Il est peut-être encore temps de changer ce point de règlement local.

Question de circulation, la commission, dont c’est le rôle principal, déplore la gestion des flux par feux tricolores trop mal réglés au niveau de l’Écoquartier. En effet, alors que c’est le seul moyen de jonction, il est anormal de limiter par trop le passage du flux traversant le quartier par la rue principale, en favorisant les véhicules « sortant de leur résidence » (doléance destinée à Messieurs Belhamza et Sferrazza).

Gilles Cordier suggère à la commission d’étudier des itinéraires traversants pour le quartier, en raison de la difficulté de joindre la RD444 côté Igny et l’école Polytechnique côté plateau de Saclay.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Circulation, Derniers Conseils de Quartier du Pileu, Travaux des Commissions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Commission « Circulation » : Propositions pour les stationnements

  1. Solovieff Jacques et France dit :

    Exposé extrêmement clair et pertinent, un grand merci pour tout ce travail effectué à notre profit commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *