Points abordés lors de la réunion du vendredi 11 septembre 2015.

I Retour sur le rapport de la réunion de commission du 8 avril.

Le rapport de la réunion du 8 avril 2015, transmis au conseil de quartier, n’a pas été réellement adopté par celui-ci. La commission souhaite donc faire voter ses premières conclusions afin de les transmettre avec tout le poids du conseil de quartier, pour que les élus les considèrent avec tout le sérieux requis.

A) Acter le constat d’état de « quartier de transit » entre le plateau et la RD 444 menant à Igny, la RN 118 et Bièvres

B) Établir une zone 30 sur tout le quartier. En affichant clairement des panneaux indiquant « Circulation apaisée », « Zone 30 », « Contrôles Radar » à toutes les entrées dans le quartier.

Dans le cas où cette zone 30 étendue à tout le quartier ne serait pas adoptée, on soumettrait au vote du conseil de quartier les rues à limiter à 30 Km/h. L’ordre proposé par la commission serait le suivant :

4 chênes, Vauhallan, Sablière, Fraisettes, Capitaine Cocart, chemin de Vauhallan, avenue Schildge, avenue des alliés, effort mutuel…

(Pour bien présenter cette proposition, nous souhaitons disposer d’une carte numérique du quartier en priorité, mais peut-être également de la ville, pour projection en séance de conseil de quartier).

C) Pour obtenir les résultats de limitation de vitesse escomptés, nous proposons de mettre en œuvre progressivement des moyens de plus en plus « persuasifs », sans dépasser le stade où l’on jugera avoir obtenu ces résultats. L’ordre de ces moyens à mettre successivement en œuvre serait le suivant :

  1. Poser des panneaux « Circulation apaisée, Zone 30, Contrôles radar fréquents« .

  2. Disposer des panneaux de rappel de limitation de vitesse à 30 Km/h à proximité des carrefours du quartier.

  3. Disposer d’au moins un radar pédagogique mobile, tournant donc sur les différentes rues du quartier. Ce radar n’afficherait pas la vitesse réelle, mais seulement une indication claire de « Sécurité – Danger », ou indiquant par exemple le nombre de points enlevés en cas de verbalisation, ou …

  4. Renforcer les contrôles policiers pour qu’ils soient suffisamment fréquents (radar répressif mobile).

  5. Construire des plateaux surélevés aux carrefours et/ou au niveau de passages pour piétons en milieu de tronçon, en respectant à la fois les normes de dénivelé et en adoptant un profil adéquat et non pas brutal. Cette solution est préférée à la pose de « coussins berlinois » ou de « gendarmes couchés » qui risquent d’être trop bruyants.

  6. Placer un ou plusieurs feux tricolores couplés à un radar mesurant la vitesse d’approche des véhicules et se déclenchant sur un risque d’excès de celle-ci.

  7. Placer un ou plusieurs radars répressifs fixes. Par exemple rue des 4 Chênes ou rue du Capitaine Cocart, ou aux endroits les plus exposés.

  8. Placer des panneaux « STOP » ou des triangles « Cédez le passage » à certains carrefours.

  9. Placer des chicanes sous forme de stationnement fixe alterné ou de bacs à fleurs dans une même rue. Toutefois, cette dernière mesure, à laquelle on prête une certaine efficacité, ne remporte pas du tout l’assentiment de la commission. Elle n’est défendue que par la seule personne qui en a proposé l’éventualité. De plus la commission constate qu’elle n’est envisageable que sur des tronçons peu usités, comme la rue des Billancourtois, ou à sens unique comme la rue de Verdun.

____________________________________________________________________________

II Points névralgiques déjà répertoriés.

Les problèmes relatifs à l’impasse de la Sablière semblent avoir trouvé une solution, sauf avis contraire.

La rue du Capitaine Cocart présente deux difficultés majeures :

a) à la hauteur de l’école Henri Wallon, surtout aux heures de dépose ou de reprise des élèves ;

b) dans le haut de la rue, vers la jonction avec la rue du Clos du Pileu, au niveau des virages entre la sortie de l’impasse des fraisettes, au N° 74, et le N°92, puis dans son prolongement par la rue du Clos du Pileu.

a) Problème existant à la hauteur de l’école :

On constate des risques majeurs aux moments où les enfants sont « dans la rue ». Ces risques sont occasionnés par un engorgement sauvage sans possibilité de régulation. Le feu tricolore est inefficace et joue même un rôle plutôt néfaste. Les problèmes sont aggravés par les passages des bus et par l’interdiction de stationner à proximité de l’école et les barrières mises en place à cause de l’activation du plan « Vigipirate ».

La solution de ce problème serait à l’évidence donnée par l’ouverture d’un parking (dépose minute) dans la friche existant en face de la sortie de l’école, friche qui semble poser des problèmes de propriété …

En attendant cette solution radicale, la commission propose divers palliatifs :

  • Mettre le feu tricolore en position « Orange clignotant » ;

  • Placer une personne reconnaissable, avec un panneau particulier, chargée de faire traverser les enfants et de réguler occasionnellement les flux (comme c’est déjà le cas, par exemple, à l’école Jules Ferry).

  • Promouvoir et réactiver les circuits « Pedibus », surtout auprès des nouveaux parents.

b) Le haut de la rue du Capitaine Cocart, dans le prolongement de la rue du Clos du Pileu :

Il est rendu dangereux essentiellement par la vitesse excessive des « gens pressés », et leur tendance à couper les virages, problèmes aggravés par les conditions locales du stationnement. Il faut casser la vitesse et faire respecter la circulation « à droite ». La commission propose donc d’établir rapidement une zone 30 Km/h, de matérialiser l’interdiction de stationnement dans les virages, et de délimiter les voies par une ligne centrale blanche continue dans ces virages.

III Questions déjà posées à la municipalité, mais restées en suspens.

  1. Monsieur Belhamza avait indiqué qu’il effectuerait des comptages de véhicules sur la ville. La commission souhaite toujours que les résultats relatifs au Pileu lui soient communiqués comme éléments objectifs, afin de pouvoir les utiliser dans sa réflexion.

  2. Qu’en est-il des décisions relatives au square donnant sur la rue du Cottage et de la barrière prévue sur le trottoir ? Il serait d’ailleurs opportun, comme à beaucoup d’autres endroits que l’on peut répertorier par ailleurs (carrefour des Marnières etc. …), de matérialiser à la peinture le centre du carrefour « Cottage – Effort mutuel ».

  3. Quand l’escalier entre la rue des Billancourtois et la rue de la Sablières sera-t-il refait ?

Il serait par ailleurs opportun d’y installer un miroir au-dessus de la boîte à lettres existante. Cette dernière disposition permettrait d’améliorer sensiblement la visibilité à l’entrée de ce carrefour réputé dangereux, entre la sortie de la rue de la Sablière (côté bas, venant de la rue des vieilles vignes) et la sortie de la rue de l’effort mutuel (venant de la rue de Verdun). Elle se révèle indispensable dans les cas de panne des feux ou de feux oranges clignotants.

IV Nouvelles questions posées à la municipalité et pour les futures réunions.

– La commission souhaite disposer d’un plan numérique du quartier, pour projections en réunion.

– La commission se demande s’il serait possible que la police municipale dispose d’un radar répressif mobile (type « jumelles »).

– Refaire en urgence la peinture des « Stops » au carrefour des Marnières.

– La commission déplore le tapage surtout nocturne, mais également diurne, occasionné par « certaines motos« , en « surrégime » ou munies de pots d’échappement non conformes. Quelle pourrait être la solution ?

– La commission constate que l’occupation progressive des logements dans l’éco-quartier Camille Claudel, et la présence de nouveaux feux, vont rendre de plus en plus difficile l’accès des habitants du Pileu et d’une partie du Plateau vers le centre-ville. Nous ne disposons en effet que de deux accès déjà très encombrés. Il serait en particulier possible de munir ces nouveaux feux d’un système de déclenchement temporisé, mais ne permettant la sortie des résidences que sur une détection de présence de véhicules.

– La commission rappelle que le rond-point de Polytechnique constitue un point particulièrement difficile et accidentogène pour les véhicules venant du quartier du Pileu. Il faut absolument remettre en place rapidement toutes les limitations à 50 Km/h qui ont été retirées sans consultation sur les voies d’accès (Dans tous les sens, en particulier sur la RD 36).

– La commission déplore à nouveau l’inefficacité du panneau « interdit aux véhicules de plus de 3,5 T » placé sur le rond-point de Polytechnique, à l’entrée de la rue des Marnières. Il faut renforcer l’interdiction, peut-être annonçant des contrôles policiers, et le doubler d’une part en indiquant une interdiction de tourner à droite pour les plus de 3,5 T sur la voie du rond point en amont du virage, et d’autre part au niveau du panneau d’entrée de ville placé à l’entrée du quartier du Pileu sur la rue des Marnières.

Ce contenu a été publié dans Actualités, Circulation, Comptes-rendus, Derniers Conseils de Quartier du Pileu, Non classé, Travaux des Commissions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *